Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Détail de l'actualité

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

De la place pour le lait de chèvres en Moselle

Dans un contexte d’évolution des enjeux nutritionnels et alimentaires, les tendances sur les marchés laitiers sont en pleine mutation. Nous assistons à une croissance de la consommation des produits à base de lait de chèvres. Pour répondre à ce marché en expansion, la société EURIAL a fait le choix d’investir dans une nouvelle chaîne de production lait de chèvres en ultra-frais sur l’usine de Château-Salins. Pour faire connaître ce projet, EURIAL et la Chambre d’agriculture de Moselle ont organisé une réunion d’informations qui s’est déroulée le vendredi 13 avril au lycée de Château-Salins. Une vingtaine d’éleveurs / porteurs de projets et de nombreux organismes agricoles ont répondu présents.

Antoine Henrion, Président de la Chambre d’agriculture a introduit la réunion en rappelant l’importance de soutenir une agriculture dynamique qui recolle aux attentes sociétales avec une volonté grandissante de « made in France » voire même de local. EURIAL partage ces valeurs à travers la mise en place d’une collecte de lait de chèvres à proximité de l’usine.

EURIAL, la branche lait du groupe AGRIAL

Marc Grandjean, directeur du site de Château-Salins a commencé par présenter EURIAL, la branche lait du grand groupe AGRIAL, qui rassemble 5 300 producteurs pour 2,8 milliards de litres de lait collectés dont 250 millions en lait de chèvre, pour un chiffre d’affaires de 2 milliards d’euros. Eurial est le leader de la marque de distributeur en France en Ultra Frais mais attache une grande importance à ses propres marques qui font son image, comme la marque Soignon en chèvre largement leader en France sur les marchés du fromage de chèvre et de l’ultra frais caprin.

Sur le site de Château-Salins, 200 000 litres de lait sont collectés par jour auprès de 145 producteurs. Le site est très diversifié, puisque ce lait est transformé en yaourts fermes, brassés aux fruits, en flans, en yaourts à boire, en pots de crème à base d’œufs. En 2017, l’entreprise a fait le choix d’investir dans une chaîne de fabrication capable de traiter de façon autonome tout aliment liquide, de la fabrication du contenant plastique à l’emballage final. Elle sera utilisée pour développer une gamme de jus végétaux (amande, riz, avoine) et une gamme de yaourts au lait de chèvres.  

Pourquoi du lait de chèvres ?

Au niveau national, la consommation de lait de vaches conventionnel en produits ultra-frais est en baisse depuis cinq ans, tout comme la consommation de lait liquide. Le fromage se maintient.

Le lait de vaches est victime d’une mauvaise image et les consommateurs commencent à remplacer les produits à base de lait de vaches par des produits à base de lait de chèvres (lait réputé plus digeste), dont les produits ultra-frais enregistrent une progression annuelle de 15 % depuis quelques années. Soignon est leader sur le marché du yaourt à base de lait de chèvre avec 65 % des parts de marché. Aujourd’hui la seule usine qui fabrique ces produits arrive à saturation, d’où la volonté de transformer dans une usine de plus grande capacité : Château-Salins avec du lait local afin de répondre aux attentes des consommateurs.

L’élevage caprin : une production rentable sous réserve d’une bonne technicité

Christelle Vaillant et Nathalie Benoît de la Chambre d’agriculture de Moselle ont clôturé la journée en présentant les données techniques et économiques d’un élevage type pour 1 UMO : 300 chèvres sur 40 ha. Grâce à un prix minimum garanti par Eurial sur 5 ans à 640€/1000l, la marge brute permise s’élève à 350 €/chèvre. Les investissements nécessaires dépendent de l’existant : on compte environ 500 €/chèvre lors d’un réaménagement et le double lors d’une création de bâtiment.

Le lait de chèvres est un nouveau marché porteur en Moselle, une belle opportunité à saisir pour donner de nouvelles couleurs à notre territoire ! Pour tout projet ou pour toute question sur cette filière, nous sommes à votre disposition.

En plus d'éventuels porteurs de projet, de nombreux organismes agricoles sont venus se renseigner sur les opportunités à la création de cette nouvelle filière

 

C.Vaillant (CDA57) et G.Sanzet (EURIAL)

Votre contact :
Christelle Vaillant, conseillère petits ruminants et coordinatrice du projet lait de chèvre en Moselle.
Tél. 06 80 61 85 80
mail : christelle.vaillant@remove-this.moselle.chambagri.fr