Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Détail de l'actualité

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La méthanisation : une demande qui explose, un dossier qui évolue

Le Grand Est est une région porteuse et dynamique en matière d’énergies renouvelables et plus particulièrement dans le secteur de la méthanisation.

En Grand Est, l’injection bio méthane représente 21 sites installés sur 31 en France. En production d’électricité, le Grand Est représente 37 % des installations biogaz françaises soit 182 sites et 43 % de la puissance nationale soit 166 MW (mégawatt).

En 2019, la Moselle verra son parc de méthaniseurs augmenter avec quatre méthaniseurs de 500 kW, trois méthaniseurs de 150 à 250 kW et trois sites d’injection de bio méthane dont deux dans le réseau de transport GRTGaz. On y ajoutera huit projets en cour d’étude, dont quatre en injection.

Une offre représentative d’une filière dynamique

Avec vous, nous rencontrons les constructeurs d’unités de méthanisation, ensembliers, assistance à maître d’ouvrage, les fournisseurs d’équipements en prétraitement, digestion, épuration…

Avec vous, nous étudions les solutions pour l’exploitation et le traitement du digestat, les solutions pour l’injection et la cogénération, les solutions de valorisation du bioGnv (véhicules), et les offres de service dans les domaines du financement, du juridique, de l’assurance, des banques…

Un financement de la méthanisation en pleine évolution

L’année 2017 fut une année record dans la production d’étude de faisabilité pour le Grand Est. Plus de 47 dossiers furent déposés à l’ADEME et à la Région Grand Est. Les finances, hélas n’ont pas suivies. 20 dossiers déposés en 2017, ont vu leur financement reporté en 2018. Réduisant d’autant l’enveloppe prévue pour les dossiers déposés en 2018.

Il faut savoir également, à propos des financements publics, que les aides attribuées sont nominatives. Donc, si une exploitation abandonne son projet, les financements prévus retournent au ministère des finances et sont définitivement perdus.

Cet engouement n’est pas sans conséquence, les crédits étant d’ors et déjà mobilisés, il n’y aura sûrement pas d’appel à projet en 2019. Le dernier appel à projet devrait avoir lieu en octobre 2018. Toujours face à la demande croissante de projets, de nouveaux critères de sélection seront sans doute mis en place, pour juger de la qualité de l’étude et de la motivation des porteurs de projet. A titre d’exemple, la Région Grand Est (FEDER) demande déjà le permis de construire déposé pour attribuer définitivement les aides.

Alain Badoc, conseiller spécialisé expert
Service agro-environnement-bâtiment
Tél. 03 87 66 12 44 – 06 86 26 14 35
mail : alain.badoc@remove-this.moselle.chambagri.fr