Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Sortie hiver 2019 : quel est l’état des cultures ?

Sortie hiver 2019 : quel est l’état des cultures ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Racine de colza : le pivot à gauche a sûrement rencontré une zone compactée

Début 2018 est plutôt dans la moyenne en pluviométrie mais les températures sont un peu plus chaudes que la moyenne. Les cultures implantées dans les parcelles les plus hydromorphes commencent à souffrir de l’excès d’eau mais les températures plus clémentes annoncées en début de semaine devraient permettre un ressuyage assez rapide. Par contre la reprise de végétation se fait lentement et les céréales accusent du retard du fait de la levée tardive de nombreuses parcelles : 3 feuilles à mi tallage voire plein tallage pour les plus précoces. Les conditions sèches de semis ont retardé les levées de l’ensemble des cultures d’automne. Certaines parcelles n’ayant pas atteint le stade trois feuilles ont pu être impactées par le froid.

Etat des colzas

Les colzas n’étaient pas très avancés à l’entrée de l’hiver mais l’arrivée tardive du froid a pu leur permettre d’atteindre le stade rosette, pour l’ensemble. Les pesées effectuées à l’entrées hiver ont relevé des colzas d’environ 1.3 kg/m² de matière verte. Ce résultat se situe dans la moyenne et représente environ 60 unités d’azote absorbées à l’hectare. Le fait de réaliser les pesées en sortie hiver permettra d’abord d’établir le besoin azoté de la plante et ce sera aussi l’occasion de regarder l’état des pivots, révélateurs de l’état structural du sol. Malgré tout, le colza se fait rare dans certains secteurs, notamment celui de Château-Salins où le sec a fortement pénalisé les levées.

Fertilisation des prairies

Pour la fertilisation azotée sur prairie, pas d’urgence. La somme de température pour atteindre 200°c est prévue le 1er mars pour le secteur de Metz et autour du 15 mars pour le nord du département. A la sortie de l'hiver, la fertilisation azotée des prairies à base de graminées doit permettre d'assurer une alimentation suffisante des plantes depuis le démarrage de la végétation jusqu'au premier cycle de croissance en fauche ou en pâture.

Pas d’urgence donc pour le premier apport d’azote, la priorité reste le désherbage !

Samuel VUILLAUME - Service agro-environnement
Tél : 03 87 66 12 44
Mail : samuel.vuillaume@remove-this.moselle.chambagri.fr