Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Détail de l'actualité

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Vos vaches laitières sont-elles malades ?

Lancé en Moselle depuis près de 3 ans, le service CetoMIR vise à évaluer le risque qu’ont les vaches laitières d’être en acétonémie.

Une maladie qui coûte cher

L’acétonémie est une maladie métabolique qui résulte d’un déficit énergétique trop important en début de lactation. Pourquoi s’y intéresser ? Parce que dans la grande majorité des élevages, plus de 9 fois sur 10 elle apparaît sous sa forme subclinique, c’est-à-dire qu’elle n’a pas de symptômes spécifiques et se voit difficilement à l’œil nu. Pour autant, elle coûte cher à l’éleveur. D’abord parce qu’elle entraîne une baisse de production, en moyenne 300 kg de lait par lactation. Ensuite, parce qu’elle a pour conséquence d’altérer les performances de reproduction (retard des chaleurs, chaleurs silencieuses, réussite à l’IA dégradée). Enfin, parce qu’elle augmente la fréquence d’autres maladies comme les métrites, les mammites ou les boiteries, qui ont elles-mêmes de lourds impacts économiques en élevage. Au final, on estime que cette maladie coûte près de 5€/1000L soit 40€/VL/an.

La majorité des élevages concernés en Moselle

Une étude réalisée entre septembre 2013 et juillet 2014 sur 422 élevages a montré que l’acétonémie est présente dans tous les systèmes et toutes races confondues. Encore plus alarmant, près de 26 % des troupeaux sont considérés « à risque élevé », car ils ont un nombre régulier d’animaux qui reviennent en alerte tous les mois (plus de 20 % des vaches en statut « douteux ou malade »). Grâce à l’indicateur CetoMIR, il est plus facile d’identifier les causes de l’acétonémie et d’y remédier, en mettant en évidence les différences entre primipares et multipares, les transitions mal préparées ou encore les périodes de moindre maîtrise alimentaire. Un nouveau levier pour améliorer les marges !

Ce service est proposé par la Chambre d’agriculture de la Moselle au tarif de 19 centimes par vache et par échantillonnage. Sans aucune manipulation supplémentaire des animaux, l’analyse est réalisée à partir du même échantillon que celui du contrôle laitier.

A venir, un bilan annuel sur cet indicateur pour les élevages adhérents à ce service.

Arnaud GRESSET, responsable d’équipe lait
Service élevage
Tél. : 03 87 66 12 46
arnaud.gresset@moselle.chambagri.fr