Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Des solutions pour ne pas vendre d'agneaux gras

Des solutions pour ne pas vendre d'agneaux gras

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Si la proportion de carcasses classées grasses (classe 4) dépasse 5 %, plusieurs solutions sont possibles afin de diminuer ce pourcentage. Trier régulièrement les agneaux (tous les quinze jours maximum) et commercialiser ceux qui sont finis reste la solution la plus efficace à court terme.

En effet, la probabilité qu’un agneau fini puisse s’alourdir sans engraisser est faible et se traduit dans la plupart des cas par une perte économique. Si la carcasse de l’agneau passe de la classe 3 à la classe 4, la perte pour l’éleveur est de l’ordre  de 20 €. Rationner le concentré en finition est une autre solution. Cette technique entraîne une réduction des vitesses de croissance et par conséquent de la formation de gras.

Des mères avec du lait !

Le poids de naissance et la croissance au démarrage conditionnent le format des agneaux et donc leur état d’engraissement. Les agneaux à croissance lente au démarrage ont un métabolisme osseux ralenti. Leur potentiel de développement est perturbé et ils doivent être abattus moins lourds sous peine d’être trop gras. Il est donc indispensable que les besoins des brebis soient couverts en fin de gestation et pendant les 6 premières semaines de lactation. Miser sur la génétique est un autre levier possible, c’est-à-dire sélectionner les brebis sur leurs capacités laitières et utiliser des pères (béliers ou Insémination Animale) sélectionnés sur leurs aptitudes à transmettre à leurs descendants ce critère de qualité de carcasse.

 

Christelle Vaillant, conseillère petits ruminants Chambre d’agriculture et Laurence Sagot, Institut de l’Elevage/ CIIRPO

 

Contact: Chambre d’agriculture de la Moselle. Service élevage

Christelle Vaillant. Tél. 06 80 61 85 80. Mail: christelle.vaillant@moselle.chambagri.fr