Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Détail de l'actualité

Détail de l'actualité

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Une sortie d’hiver compliquée

Elongations du colza impressionnantes

La météo fait toujours le yoyo, ce n’est pas sans conséquence sur l’état des cultures et l’organisation des travaux.

A la mi-mars Dame Nature ne nous épargne toujours pas. Les précipitations sont dans l’excès depuis le mois de novembre. Sur la station de Metz il est tombé de fin octobre à début février 344 mm, avec un record en janvier 157 mm soit 2,5 fois la normale. Jusque février les températures sont très largement au-dessus des moyennes. Avec encore pour janvier des records de douceurs avec en base 0 200° de cumulés contre 130 en moyenne ! Le mois de février vient mettre fin à cette douceur et aux précipitations. Le stress remonte en même temps que les températures descendent. On note toujours à Metz moins 12,3° le 28 février. Durant les trois derniers jours du mois les maxima sont inférieurs aux minima moyens ! La pluviométrie de février est au plus bas (cela compense les cumuls de janvier) avec 18,8 mm contre 57,1 en moyenne.

Froid et faibles précipitations succèdent à douceur et fortes précipitations, quelles conséquences ?

Les conséquences sont nombreuses. Elles marquent déjà la plaine. A la sortie du mois de janvier, des retournements sont déjà à prévoir dans les parcelles ou les zones de parcelles qui ont été submergées plus de huit jours. Mais cela reste heureusement marginal.

On retrouve également des problèmes d’anoxies dans les sols argileux à tendance hydromorphes. Il n’y a pas ou peu de jours disponibles, pour préparer les lits de semences des cultures de printemps et gérer le stockage et l’épandage des effluents d’élevage.

Les stades des cultures sont en avance, la montaison a débuté dans les colzas (C2 entre-nœuds visibles), et on note les premiers décollements de l’épi dans les céréales d’hiver.

Le temps plus froid du mois de février a fortement ralenti la progression des stades et permet de combler une partie du retard dans les travaux, notamment pour la gestion des effluents d’élevage et pour l’épandage d’engrais, alors que la portance des sols n’était pas encore à son optimum. Pour les structures les moins prises en masse par le froid, les premiers semis d’orge de printemps sont effectués à la mi-février dans notre département.

Cette période de froid a mis les colzas à rude épreuve. La perte de feuille (défoliation) est généralisée. Elle a pu être accentuée suite aux apports d’azote liquide. Mais pour le moment cela semble peu préjudiciable. On estime que plus de 90 % des parcelles sont indemnes de dégâts de gel ou avec quelques pieds avec les bourgeons terminaux gelés (apex). Dans les 10 % restant, les plantes déjà en phase senescences ne représentent jamais plus de 10 pieds au m² soit environ un tiers du peuplement. Les capacités de rattrapage du colza sont connues. Même avec un apex gelé si le colza est bien enraciné, il peut compenser en ramifiant à la base du pivot. De plus avec des densités de 5 pieds/m² bien répartis le colza peut encore exprimer une bonne partie de son potentiel.

Par contre il est encore trop tôt pour faire un bilan définitif. Le froid peut toujours nous jouer des tours d’ici le retour des beaux jours. Dans les semaines qui viennent, on peut, à l’instar de 2012, voir apparaitre des champignons secondaires (botrytis) dans les blessures provoquées par le froid, qui sont capables d’engendrer des pertes importantes.

Comme pour le colza, pour les céréales d’hiver, c’est plus l’excès d’eau qui a provoqué des dommages. Les zones hydromorphes ressortent du paysage avec des pieds déchaussés sur les semis les moins précoces. Des décolorations sont encore observées, rougissement des feuilles de certaines variétés en blé ou des jaunissements en orge. A noter que des radicelles ont souvent bien démarré. Pas ou de très rares gel d’épis sur les parcelles les plus avancées.

Les cultures d’hiver sont donc encore en convalescence, et le chemin est encore long jusqu'à la moisson.

 

Claude RETTEL, responsable du service agro-environnement
Service agronomie-environnement
Tél : 03 87 66 12 44
Mail : claude.rettel@remove-this.moselle.chambagri.fr